(J25) M&M comme dans…

M comme Maria

Maria était une femme. Forte, intelligente et en avance sur son temps. Observatrice, empathique et travaillante. Mais, à la base, Maria était une femme.

M comme Montessori

Oh! Là vous savez de qui je parle. C’est là que la femme devient médecin et pédagogue. C’est là que la finesse de la femme devient une méthode éducative qui traverse le temps et les barrières. C’est là que sa vision transcende les doutes d’origine et attire le respect.

Je vous présente.

Pour ce post, j’ai une invitée. Une maman éducatrice passionnée et autodidacte. Une femme créative, dynamique et en constante évolution. Je lui ai demandé de vous parler de la pédagogie Montessori parce que j’ai beaucoup de respect pour son cheminement…et parce qu’elle si connaît mieux que moi. Alors, laissez moi vous présenter: Catherine Bouchard de la Garderie Les minipouces

Qui es-tu?

Me décrire… tout un défi. Je n’entre dans aucun moules de la société contemporaine. Je crois souvent que je ne suis pas née à la bonne époque. Je suis certes une passionnée, tout ce que j’aime je le fais à fond et en suivant mon instinct car me faire dire quoi faire; je déteste. J’ai concentré mes études universitaires sur le monde musulman, une grande passion chez moi. J’ai fait tous les cours d’arabe disponibles et j’en aurais fait plus s’il y en avait eus. C’est une culture tellement riche et merveilleuse et qui est malheureusement malmenée aujourd’hui. Ensuite, j’ai eu la chance de connaître la maternité et, encore là, je voulais vivre mon expérience à fond. Maternage, portage, allaitement long. Dans le désir de pouvoir garder ma marmaille avec moi et dans le prolongement de l’amour pour la petite enfance et ses apprentissages, j’ai ouvert mon service de garde. La pédagogie Montessori m’a toujours plu et, la passion prenant le dessus, j’y ai plongé à fond.

Quoi?

L’origine n’est pas si lointaine. C’est Maria Montessori qui en est l’instigatrice. Première femme médecin en Italie, diplômée en 1896, c’est en 1900 qu’elle se lance dans la pédagogie. Elle travaille d’abord auprès d’enfants déficients pour ensuite se consacrer à des enfants « normaux » (je déteste le mot). Elle crée les Casa dei Bambini, des « écoles », ou en fait des maisons pour enfants, où ceux-ci sont libres d’aller mais doivent faire leur part. De 1913 à 1936, elle voyage (même jusqu’aux États-Unis) pour donner des cours, des conférences, des échanges, mais tout ça se termine avec la montée du fascisme en Italie et la fermeture de ses écoles. Elle s’enfuit donc en Espagne mais devra encore déménager suite à l’arrivée au pouvoir de Franco. Elle s’installe donc au Pays-Bas. Elle a aussi travaillé en Inde. Son fils Mario a continué son œuvre jusqu’en 1982. Il y a aujourd’hui environ 22 000 écoles Montessori et ce, à travers le monde.

Les clés.

L’AUTONOMIE, une des phrases célèbres de Montessori « aide-moi à faire seul » ou « ne jamais aider un enfant dans une tâche où il se sent capable de la faire ».C’est vraiment un point très important de cette pédagogie.

L’ORDRE, que ce soit de soi ou de l’environnement.

Et au quotidien.

Pour moi, c’est plus qu’une pédagogie, ça peut devenir une méthode vie. Mais bon, pour ce qui du ludique, pour qu’un jouet soit « montessori » il doit être auto-correctif. Les jeux ne nécessitent pas d’achat. On peut tout simplement faire avec ce que l’on a à la maison. Pratiquer les versées avec la plus petite tasse à mesurer, par exemple. L’enfant ne se fera pas dire dire « non c’est pas ça », il le devinera par lui-même. C’est aussi travailler à faire de son environnement, un milieu où il peut être automne, où il pourrait presque tout faire sans demander l’aide d’un adulte (aller aux toilettes, se laver les mains, se servir de l’eau ou une collation etc…). L’observation de l’enfant est un point très important. Lorsque l’enfant est concentré dans son travail (on réfère souvent au terme travail pour jouer selon Montessori), il est important de ne pas venir « briser » cette concentration, de ne pas venir l’interrompre dans son processus d’apprentissage. Ce n’est pas un rôle si passif puisque l’éducateur doit observer afin de mieux adapter le matériel disponible et connaître parfaitement les besoins de l’enfant. L’éducateur doit aussi être disponible pour aider l’enfant dès que celui-ci en fera sentir le besoin. Voilà là où moi, je décroche un peu. J’aime énormément cette pédagogie mais je ne suis pas une adepte puriste. J’aime bien prendre une part active, quand la situation se présente, aux jeux et découvertes. Je crois qu’il est très important de tisser un lien affectif fort et puissant avec nos enfants ou les enfants à notre charge. L’autonomie, oui, mais je crois que le maternage, à bonne dose, est aussi une merveilleuse chose que tout enfant est en droit de recevoir.

Ta couleur personnelle.

Moi j’aime bien mélanger, créer un environnement unique qui me ressemble c’est pourquoi je m’inspire beaucoup de Montessori mais j’y ajoute un touche de pédagogie Waldorf, un peu de Raggio et beaucoup de touche maman, jusqu’à présent, mon instinct m’a toujours apporté de belles surprises donc, je le suis.

Maria Montessori

Maria Montessori

+++

Un téléfilm sur Maria Montessori

Plein de livres et de biographies dont Dr. Montessori’s Own Handbook

Des formations professionnelles

Bonne découverte!

2 réflexions sur “(J25) M&M comme dans…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s