(J36) Passer le flambeau

Un secret.

J’ai envie, aujourd’hui de vous partager un de mes secret. J’ai envie de vous livrer une des raisons de mon attachement si profond pour l’instruction en famille. J’ai envie de vous dévoiler une partie de ce qui me passionne, m’émeut et m’impressionne. J’ai envie de vous jaser de ce qui est, chez nous, la base immuable de l’éducation.

Instruction et éducation.

Chez nous, le lien est fort entre l’instruction et l’éducation. Le pas à franchir entre les deux est court. La frontière est pratiquement impalpable. Tellement qu’on s’y perd nous-même un peu. Je pense. Mais ça ne nous dérange pas vraiment. Ça nous plaît même pas mal. Au fond…

Au fond.

Ce que nous voulons pour nos enfants est qu’ils grandissent. De corps. De tête. De coeur aussi. Rien de bien original. Ça doit même être plutôt universel. Au fond, nous voulons les voir évoluer dans un équilibre qu’ils se construisent à chaque jour. Nous voulons les voir se développer en douceur. Le plus possible. Car la vie n’est pas toujours facile. Chez nous comme ailleurs.

Franchir les étapes.

En tant que parents, nous nous voyons comme des accompagnateurs de nos enfants. Nous leur proposons des routes, des moyens de franchir les étapes. Les obstacles aussi. Nous partageons, au quotidien, avec eux, les joies et difficultés qu’impliquent les voyages. Nous les réconfortons dans leurs peurs et leurs insécurités. Nous célébrons avec eux leurs victoires et dépassements. Mais. Je réalise que la fratrie est d’autant sinon plus importante parfois que l’accompagnement parental.

Frères et soeurs.

Mes enfants ne sont pas mes amis. Ils ne sont pas amis entre eux non plus. Ils n’ont pas à partager les mêmes intérêts ou les mêmes passions. Ils n’ont pas à se définir par leurs similitudes pour développer une appartenance familiale qui dépasse tout. Un lien dont la force me surprend et m’émeut. En tant qu’enfant unique j’éprouve parfois de l’envie pour cette relation encore jeune mais tellement forte que je vois se construire entre chacun de mes enfants. En même temps, je trouve très réconfortant de les voir veiller les uns sur les autres maintenant. En espérant que demain, l’image sera un peu la même.

Faire confiance.

C’est ainsi que jour après jour, j’apprends humblement à laisser aller, à déléguer, à faire confiance à mes enfants. C’est ainsi que jour après jour, le lien se renforcit, gagnant en solidité et en souplesse. En couleurs et en saveurs. Fonder une famille c’est aussi ça dans la ruche, c’est donner à chacun la chance de faire valoir le meilleur de lui-même et d’être supporter dans sa fragilité.

Ensemble.

Ensemble.

4 réflexions sur “(J36) Passer le flambeau

  1. Merci pour ce partage de ce beau talent d’écrivaine que tu as. Beaucoup de profondeur, de sens, de réflexion et de coeur dans tout ca. J’aimerais te lire à tous les jours ca m’aiderait tellement dans mon rôle de maman. Tu nous ramènes à l’essentiel! Merci, merci, merci.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s