Sous toutes réserves

Corne d’abondance.

L’automne commence à s’effacer. Après avoir tout donné. Après avoir transformé. La chaleur de l’été. En denrées. En petits plats à cuisiner. Pour remplir les tablettes. La dépense. Les casseroles.  Alouette.

Décembre.

Avec décembre. Les couleurs s’estompent. L’éblouissement est présent. La routine s’effrite. Le changement. L’isolement. Le retranchement. La dualité. Le combat. Entre le dehors. Et le dedans. Entre la solitude. Et les festivités. Peut-être une question d’attitude. Je ne sais pas pour vous. Mais ici. Je n’ai qu’une envie. Me fixer. Chez moi. Avec mon clan. Mon chum. Mes enfants. J’ai n’ai qu’une envie. Celle de se retrouver. De me rééquilibrer. Mais.

19301_511133975575766_242136396_n

Mais.

Décembre. C’est aussi l’appel. De la fête. Qui tempête. Qui ose. Qui s’impose. Des contacts inopinés. Un peu forcés. Difficiles à esquiver. De ceux qui viennent. Nous déranger. On ne peut le nier. Mais de là à l’affirmer. À cheval donné. Le cadeau est parfois empoisonné.

Le clan.

J’aime ma famille. J’aime ceux qui me rappellent d’où je viens. Mais. En décembre. J’ai d’autres besoins. D’autres besoins. Que d’être confrontée. Sur-stimulée. Forcée. En décembre. J’ai besoin d’être réconfortée. Sans rien exiger. J’ai besoin de me ressourcer. D’énergies à puiser. En décembre. J’ai pas envie de m’épuiser. De m’essouffler. Pour une envie. De l’un. De l’autre. Bref. D’autrui.

À bien y penser.

À bien y penser. J’ai besoin de trouver. Un sens. À toutes ces dépenses. De temps. D’énergies. Vitales. D’argent. Durement gagné. À gros prix de sacrifices. Pas toujours assumés. J’ai besoin de me raccrocher. À quelque chose qui vient me parler. J’ai besoin de voir miroiter. Que ce que je suis. Ce que j’ai construit. Assidument. Lourdement. Patiemment. En fait partie. J’ai besoin de me rattacher. À l’essentiel. Dans la continuité.

 

Choisir.

La vie c’est choisir. Construire. Investir. C’est donner. Le meilleur de soi. En espérant qu’il devienne un Moi. C’est maintenir. Une vision d’avenir. Dans un présent exigeant. C’est croire. Qu’avec l’espoir. Demain sera. Tel qu’on souhaitait le voir.

Par la fenêtre.

Par la fenêtre. Je regarde. La nature qui se tord. Un peu. Sous le froid. Qui s’installe. Non sans effroi. Par la fenêtre. Je me remémore. L’appel du dehors. Si insistant. Il y a quelques instants. Je suis une fille d’automne. Une fille de la terre. Qui gronde. Qui donne. De cette terre généreuse. Chaleureuse. L’hiver me fait peur. M’incite à une certaine torpeur. Mon intérieur frissonne. Mon coeur cherche la vie. Qui résonne. Le fourmillement. Tout est en suspend. Je dois apprendre. À laisser-aller. À m’abandonner. Dans la confiance. De la vie. De sa présence.

Choisir.

Choisir. C’est donc aussi être soi. C’est surtout être soi. C’est être. Sans auxiliaire. Sans conditionnel. C’est avoir. Dans un présent. Tout sauf imparfait. Choisir. C’est conjuguer. Avoir et être. Au je. Au me. Et au moi. Pour que le reste suive. Pour que le verbe s’écrive. Choisir. C’est dire. Avec ou sans voix. Ce que nous aimons. Ce que nous voulons. Ce dont nous rêvons.

3.

Jour 3. Le 3 fait le mois. Le 3 fait le Moi. Un petit écureuil. Qui a travaillé fort. Pour accumuler. Pour s’assurer. Pour se rassurer. Qu’une fois le temps froid. Qu’une fois le temps venu. Il ne serait pas pris au dépourvu. C’est un peu nous. C’est beaucoup moi.

Un petit écureuil. Pour vous inviter. À penser. À repenser. À toutes ces festivités. À toutes ces occasions des disperser. Le travail. Si vaillamment réalisé. Un petit écureuil. Pour se rappeler. Que l’essentiel. Est loin de s’accumuler. Que l’essentiel se vit. Grandit. S’inscrit. Dans une vision de vie.

Un petit écureuil. Pour se rappeler l’importance. D’y aller avec prudence. Que la modération. Que l’optimisation. C’est avant tout une question de responsabilisation. Que nous avons le choix. De donner le ton. De donner l’air. À la chanson.

petitefille-allumette

Doucement.

Je vous invite. À finir dimanche. Doucement. En écoutant. En s’enveloppant. De la Petite fille aux allumettes. Des mots. À savourer. À s’en imprégner. Tous ensemble. En même temps. Simultanément.

 

Publicités

Pas de deux

Tempo.

Le tempo est donné. La mesure est lancée. Il n’aura fallu qu’une journée. Qu’une occasion. Insérée. Proposée. Imposée. Un peu. Parce que la vie est ainsi faite. Il faut parfois la brusquer. Pour la ramener. Les mauvais plis sont facilement créés. Je crois que vous le savez.

La danse.

Nous y voilà. Nous y sommes entrés. Dans la danse. Dans la cadence. Sentir le rythme. Qui mijote. Qui concocte. Un changement. Qui s’opère tranquillement. Comme un murmure dans le temps. Comme une brise qui s’entend. À peine. Mais qui est là. Constante. Confiante. Que le mouvement s’inscrit. Sans heurts. Ni bruits.

Hier.

Hier, je vous parlais de lumière. De cette invitation à éclairer le chemin. À éblouir demain. À la lueur de la douceur. De celle qui mène au bonheur. Hier, je vous parlais du présent. De celui qui fuit. Aussi vite que le temps. De celui qu’il faut valoriser à tout moment. Mais, ce présent est passé. La lumière s’est installée. Il ne faut pas en douter. Par l’action. Par l’intention.

2760_10153808668968769_1469235382518187206_n

Aujourd’hui.

Mais aujourd’hui apparaît. Il prend le relais. Avec l’insistance. D’imposer sa prévalence. Aujourd’hui s’inscrit. Se définit. S’écrie. Emprunte sa voie. Ou sa voix. C’est selon. À chacun ses démons. Car oui. Ils sont là. Alimentés par la précarité. Par le doute. Qui survient. Ici et là. Sur la route. L’importance de la lumière. De la chaleur. Construire. Avec ardeur.

Aujourd’hui se construit. Des premiers rayons. Jusqu’à la dernière respiration. Il vivra. Il grandira. S’enflammera. Se nourrira. Il gravera sa marque. S’assurera qu’on le remarque. À condition qu’on s’y attaque. Qu’on fasse l’effort. De le prendre. À bras-le-corps.

Ensemble.

Et si on dansait. Ensemble. Et si on valsait. À s’y méprendre. Sur la vie. Qui étourdit. Sur les peurs. Qui engendrent la noirceur. Si on dansait. Ensemble. Dans une nuée. À travers la journée. Mettant le rythme en suspens. Et si on se choisissait. Comme famille. Dans un monde qui grapille. Sans gêne aucune. Ce qui nourrit. Ce qui unit.

Car la famille, ça se construit. Ça se renforcit. À coup de choix. Et d’émois. Car il faut être là. La présence. Ça s’invente pas. Il faut oser se mettre en pause. Obliger le silence. Se permettre. De reprendre son souffle. De s’écouter.

Il faut se donner le droit. De s’arrêter. De se regarder. De se retrouver. De reprendre. Là où on a laissé. Rien ne sert de s’acharner. Il suffit d’un instant. D’un temps. D’un silence. Pour reprendre la danse. Mais. Chaque note a son importance. Chaque soupir est créateur de souvenir.

2.

On est jour deux. Tout est encore possible. Rien n’est déterminé. Le chemin est entamé. Mais à peine. C’est l’ivresse. De l’infini qui se dessine. Et de l’appel de la destination. Vous avez trouvé? Ce à quoi aujourd’hui est destiné?

Screen Shot 2017-12-02 at 4.11.49 PM

Cidre chaud.

Pour réchauffer. Pour apaiser. Pour rassembler. Pour visualiser. Patiemment. La douceur du temps. Qui s’infuse. Qui se charge. Des saveurs. Qu’on lui offre. Avec coeur.

Secret.

Le secret. 10pommes. 1 orange. 1main pleine de canneberges. Du sirop d’érable. C’est selon. Allez-y avec votre besoin de douceur. 1 bâton de cannelle. Pour la force. Une étoile d’anis. Pour le côté festif. Un peu de poussière de muscade. Une trainée de gingembre. Mettez à tremper. Laissez reposer. Avec chaleur. Et douceur. Et partager. C’est le secret.

Tant qu’à y être.

Je vous propose ceci. Comme un éloge. À la lenteur. Au ensemble. À la simplicité. D’être. Comme dessiné. D’un trait. Qui se prolonge. Au fil des jours. Au fil du temps.

Screen Shot 2017-12-02 at 4.24.00 PM

 

C’est parti!

1er décembre.

Bonjour décembre. Dernier droit. Fin de cycle. En mode préparation. À effectuer un tournant. J’en ai besoin. J’en ai envie. C’est une question de survie. 21 jours. 3 semaines. Pour prendre conscience. Faire le ménage. Trier. Épurer. Nettoyer. Polir. Regarnir.  Laisser le passé passer. Laisser demain entrer. Par la grande porte.

Calendrier.

Le calendrier marque le temps. Le temps qui passe. Le temps qui marque. Le temps qui craque. Le temps qui recolle. Le calendrier de l’avent c’est différent. On ferme le temps. On fait place au suivant. L’annonce du solstice. En guise de prémisses. À travers lui. La lumière rejaillit. Revient à la vie.

IMGP1637

21.

Notre Avent est différent. 21 jours. Parce que c’est la fin. Parce que le cycle automnal y prend fin. Parce que qu’avec l’hiver. Tout est ouvert. Je tiens à refermer. Derrière nous. Le passé. Beau. Comme pas beau. Le présent est le plus important. Donc 21 jours. Remplis d’amour. Remplis de détours. Pour s’assurer. D’avoir vraiment fait le tour. 21 jours. Pour reprendre le rythme. Pour reprendre notre souffle. Les racines confinées. Dans un sol gelé. Ce n’est pas le temps de bouger. Mais de visualiser.

Embarquez-vous?

Embarquez-vous? Avec nous. Le chemin ne sera pas le mien. Vous en ferez ce que vous voulez. Mais si le coeur vous en dit:

  • il y a un dessin à télécharger par ici
  • il y aura des activités au jour le jour ici.
  • il y aura un #yulejourney2017 pour partager
  • Il y a un album Pinterest pour compléter

Que ce soit pour vous inspirer. Pour nous inspirer. Pour nous montrer. Pour participer. On vous souhaite la bienvenue. On est honoré. De vous accueillir. De se laisser envahir. Par l’énergie. Par de l’amour en gros débit.

En venir au fait.

Jour 1. L’avez-vous repéré? En haut. À gauche. De belles bougies. Lumineuses. Chaleureuses. Des flammes. Qui éclairent les âmes. Ça commence bien. Ça éclaire le chemin.

Mettez-y des couleurs. Selon votre humeur. La beauté du papier. Rien n’est fixé. Rien n’est prédéterminé. Tout est dans le laisser-aller. La liberté. Et la possibilité. De se la donner. Prenez-votre élan. Et pourquoi pas le faire avec vos enfants?

Suggestions d’activités.

En ce Yule voyage. Pourquoi pas regarnir les bagages. De nouveaux souvenirs. De pages à parcourir. Alors. Aujourd’hui. Chez nous. Nous allons faire des bougies. Toutes simples. Un peu de cire ici. Quelques mèches par là. Des contenants. Qu’on ne prenait pas. Et le tour est joué. Rien ne sert de courir. Mettre un hold. Mettre un baume. Laisser fondre. Permettre de remodeler. Le passé. L’image est là. Forte. De toutes les possibilités. Qui ne sont pas figées. Que l’on peut réutiliser. Que l’on peut récupérer. Pour s’éclairer. Pour s’allumer. Pour illuminer. Le chemin. Parcouru. Ou inconnu.

À propos.

Nos chandelles. Elles sont de cire. Je tiens à l’écrire. C’est un choix. Parce que la cire contribue. Elle vient assainir. Apaiser. Embaumer. Elle vient purifier. Désencrasser. L’air qui est respiré. C’est un choix. Bien à vous. Mais l’essayer. C’est l’adopter. On en reparlera. En long. En large.

IMGP1632

Mettre des mots.

Et si jamais. Si jamais vous avez le temps. Voici une suggestion de lecture. Comme accompagnement. Comme divertissement. Matière à réflexion. Ce soir nous lirons Le Géant qui vola le Soleil et la LuneParce que les histoires réchauffent le coeur. Enveloppent la vie. Explique l’invisible.

À demain!

 

Et si le temps prenait son temps

Comment dire.

Il neige. Il fait de plus en plus froid. Le gris s’affadit. Le blanc s’enorgueillit. La nature reprend du poil de la bête. C’est l’annonce du combat. Entre le jour et la nuit. Entre la fête et la retraite. Ce temps où tout déboule. Où la vie se chamboule. Où il faut prendre racine. Pour ne pas perdre pied. Sur un sol gelé.

Il y a.

Il y a Noël. Mais avant. Les fins de session. La frénésie du magasinage. Les vacances imminentes. Les 5 à 7. Les lundis au vendredis. Les emplettes. Les virus par ici. La pression par là. Et tralala.

C’est de valeur.

D’un côté ça coûte cher. Pas juste en valeur. Mais aussi en énergie. L’économie des ressources. Ça commence à la source. Charité bien ordonnée. Il ne faut pas l’oublier. C’est humain d’aimer. Mais c’est une nécessité de se prioriser. Facile à dire. Je le sais.

L’industrie du mini.

Minimalisme. Hygge. Zéro déchet. Ils sont en bonne compagnie. Ce sont tous des beaux concepts. Jusqu’à ce qu’il nous fasse perdre la tête. C’est beau le fait main. Le cozy. Le recyclé. Le récupérer. Mais il faut savoir additionner. À trop en donner on se retrouve dans le rouge. Bien avant le compte de Visa. L’équilibre c’est un peu de ci. Et un peu de ça.

Tirer le bon numéro.

On a choisi. Il y a quelques années. De se réserver. Entre nous. Papa, maman et petits. Une date. Un moment. Chez nous, c’est Yule. Le solstice. Là où la lumière renaît. Là où on voit le chemin reprendre. Le bout du tunnel qui s’annonce. Les possibilités qui germent. Chez nous, c’est le 21. Un temps d’arrêt. Avant les partys de famille. Avant que ça fourmille. Une bouffée d’air. Frais comme le dehors.

Signifier.

C’est le jour signifiant. Celui qui a du sens. Chez nous. Pour nous. Celui qu’on a décidé de désirer. De marquer d’un X. Un trésor à chasser. Un peu à la fois. Celui dont on a tracé le parcours. Avec coeur. Avec amour. Pour eux. Pour être avec eux. Parce que c’est trop facile d’oublier. De passer tout droit. De se laisser entraîner. On voulait du signifiant. On y met du temps.

Avant.

J’aime les rituels. Ces petites routines. Rythmées. Sensées. Magiques. J’aime le fait qu’elles s’imprègnent. Doucement. J’aime leurs incrustations. À coups d’odeurs. De saveurs. De douceurs. Et c’est ce qui nous inspire. Pour créés notre avant. L’Avent qui prend par la main. Qui nous entraîne sur son chemin. Teinté d’hier. Annonciateur de demain. Avec ses surprises.

Cadeau.

Avent2017

Calendrier de l’Avent 2017 à colorier

Cette année. si le coeur vous en dit. On vous invite dans notre bateau. Ou notre traîneau. À vous de choisir. Peu importe. On vous donne notre calendrier de l’Avent à colorier. 1 coloriage par jour. du 1 au 21. Mais pas seulement ça. Il y aura des recueils d’activités qui suivront. 3 cycles. 3 étapes. Que nous aimerions partager avec vous. Parce que le village est tellement beau. Parce qu’on aimerait partager. Et que vous nous montriez un peu. Juste un peu. De ce que en ferez. Quotidiennement. Hebdomadairement. De façon continue. Ou totalement décousue. On s’en fout. On vous veut juste avec nous. Pour finir l’année. Et pour se préparer à recommencer.

C’est ici. Format standard ou régulier. À imprimer. À votre goût. Faites-nous signe si vous vous lancez.

Crayons à colorier

À vos crayons