(J54) Planifier une année d’école-maison (3)

Dernier droit.

On a étudié nos enfants. On a analysé une série d’opportunités. Farfouiller dans le monde des pédagogies. Standards ou alternatives. Survoler les philosophies d’apprentissage. On a commencé à tisser des liens. À faire des connections. Entre nos enfants. Leurs besoins d’apprentissage et d’épanouissement. Et ce qui leur permettra d’optimiser leur expérience. Et la nôtre.

Dissection.

Selon ce sur quoi nos choix ce sont posés. Selon ce qui nous a interpellé. Nous sommes en mesure d’établir des listes. D’objectifs à atteindre. De sujet à travailler. De matériel à se procurer. Dans le fond, nous sommes en mesure de fixer nos incontournables. D’un point de vue étudiant. Et parent-accompagnant.

Avec tout ça en main on peut avancer encore un peu. Je vous propose de définir votre calendrier. Un calendrier scolaire. Si on veut. Ou plus des balises temporelles. Qui seront d’une aide portante quand viendra le temps de diviser la matière à voir. De prévoir des vacances. De planifier des sorties. Et par la suite. Un horaire hebdomaire. Puis quotidien. Il n’est pas question ici de vous emprisonner. Mais plutôt d’avoir un élément de référence.

Grand deviendra petit.

Je commence par établir mon calendrier annuel. Je détermine ma date de départ. Et ma date de fin. Les périodes de congé. Et leur répartition. Un peu comme ceci.

Année scolaire 2017-2018

Du septembre 2017 au 15 juin 2018

Bloc 1: du 11 au 29 septembre 2017

Bloc 2: du 09 au 27 octobre 2017

Bloc 3: du 06 au 24 novembre 2017

Bloc 4: du 04 au 22 décembre 2017

Vacances de Noël: du 23 décembre 2017 au 08 janvier 2018

calendar, calendrier

calendrier 2017-2018


Et ainsi de suite. Je crois que vous comprenez assez bien le principe. Je poursuis avec ma planification hebdomadaire. Comme vous avez constaté. Chaque bloc comprend 3 semaines de travail. Et une semaine de relâche. Ou de congé. Appelez ça comme bon vous semble. Voici le descriptif d’une semaine.

Chaque semaine de travail est répartie comme suit:

Du lundi au vendredi. Le mercredi étant une demie-journée de travail.

18 périodes de 30 minutes. Soit 4 par jour. Sauf le mercredi où il n’y en a que 2.

Pour un total de 9 heures de travail par semaine.

Et finalement,la planification de mon horaire quotidien. Pas de stress. On se donne le droit de le modifier. De le moduler. De l’ajuster. En temps et lieu. L’objectif premier est le bonheur de tout le monde. Alors comme je disais, 4 périodes par jour les lundis, mardis, jeudis et vendredis. 2 le mercredi. Et elles seront réservées aux projets. Et chaque projet est conçu pour être complété en 6 heures. Petit calcul rapide. 5 projets dans l’année entière.

2 périodes en avant-midi. Et deux en après-midi. Pour les journées complètes. Ne reste qu’à distribuer mes matières. Selon la philosophie éducative choisie. Ou les philosophies. Car tout est possible. Dans notre cas on pige ici et là. Pour le moment, notre école-maison est constituée d’éducation classique, de Charlotte Mason et de pédagogie par projet. Surtout. Disons qu’elles sont nos fondations.

Les matières que nous avons choisies pour la dernière année de préscolaire de notre fils sont les suivantes:

  • Français
  • Mathématiques
  • Anglais
  • Histoire / Géographie
  • Sciences / Étude de la nature
  • Arts
  • Musique
  • Religion / philosophie

Et nous les répartissons comme ceci. Encore une fois. Je vous donne des exemples. Mettez-y du vôtre. Faites-le à votre image.

schedule, horaire

Horaire hebdomadaire, préscolaire 2


Matières premières.

Les plans sont échafaudés. Il est temps de choisir avec quoi on va travailler. Vous pouvez vous informer à des gens. Si vous suivez le programme du minisère, demandez à votre école ressource . De même si vous avez un projet de courte durée. Vous aurez une idée de ce à quoi votre enfant devra s’attendre au retour. Sinon, une bonne façon de débuter vos recherches est d’aller à la rencontre de gens qui ont les mêmes valeurs que vous. En personne. Via des groupes Facebook. Des forums. Des sites dédiés à des philosophies éducatives. Comme ceux mentionnés dans mon 2e post sur le sujet.

Et. Parce que je ne vous laisserai pas partir comme ça évidemment. Vous pouvez visiter les maisons d’éditions en ligne. Des magazines sur le sujet. Ou encore certains libraires. Profiter des aperçus. Avant de faire des choix. En voici quelques-uns:

Et si vous recherchez des ressources en ligne. Ou en téléchargement. En voici quelques-unes. Tous niveaux confondus. Je ne les ai pas toutes testées. Certaines sont mes coups de cœur. D’autres sont laissées à votre bon jugement.

Soyez sages. On a souvent tendance à vouloir tout prendre. Surtout au début. Prenez votre temps. Cherchez conseils et suggestions. Et gardez en tête que ce seront des outils de travail. Qu’ils doivent convenir à l’apprenant. Et qu’ils doivent donner envie de travailler. À tout le monde. Certains ont des corrigés d’autres pas. Certains sont illustrés. Ou encore en couleur. Bref, il y en a pour tous les goûts.

Il y en a beaucoup en anglais. C’est la réalité de l’école-maison. Vous pouvez traduire. Ou vous en servir comme prétexte à l’apprentissage de l’anglais intensif. J’ai volontairement omis plusieurs sites d’intérêt pour alléger le tout. Gardez en tête les sites reliés aux  chaînes de télé spécialisées. Aux magazines. Aux gouvernements et à leurs ministères. Aux organismes humanitaires. Aux musées. Aux bibliothèques. Au top 100 de Cathy Duffy. Et tout ce qui peut vous passer par la tête. Ou presque.

Admirer.

Voilà venu le moment. Celui où tout le temps passé à observer prend forme. Où la réflexion s’articule de façon plus concrète. Celui où le fruit de vos efforts devient tangible. C’est ici le corps du projet. La façon dont je procède quand j’utilise du matériel pédagogique de type livre ou cahier.

  • Je place toutes mes matières dans un ordre qui me convient.
  • Je titre de façon précise.
  • J’inscris le nom de mon document de travail principal.
  • Je dresse la liste des principaux thèmes à l’étude.
  • Je définis les objectifs intermédiaires.
  • Je cite quelques exemples de moyens utilisés pour y parvenir.
plan prescolaire, preschool plan

Exemple de planification préscolaire

elementary plan, planification primaire

Exemple de planification scolaire au primaire

Je devais vous donner un exemple de ma planification lors de projet. Je vous reviendrai là-dessus. Il y a trop à dire. Finalement. Et je déteste les trucs bâclés. Tant qu’à faire. Allons-y avec la totale.

D’où est-ce que ça sort.

À la fin de mon plan de scolarisation, j’y vais en détail. Je fais des listes exhaustives de ce qui est prévu comme matériel. Autant les livres que les cahiers. Autant les sites internet que les logiciels. Ou les applications. Sans oublier les lectures obligatoires. Les films. Les documentaires. En fait, tous mes supports sont listés, par matière. Ma façon de procéder:

Titre, auteur, maison d’éditions ou boîte de production, éditions, année, ISBN ou numéro d’identification.

Pis, la socialisation?

Je dresse une liste d’activités significatives. Des voyages. Des sorties. Des activités. Cela permet aux évaluateurs de mieux connaître l’enfant. De mieux cerner les valeurs familiales. D’avoir un aperçu de la dynamique éducative. De comprendre certains objectifs. C’est certain que la socialisation se fait chaque jour. Mais je m’en tiens aux événements marquants. Je ne vois pas l’utilité de citer que mon enfants fait les courses avec moi. Tous les enfants peuvent faire ça. Je m’assure de décrire la socialisation dans une perspective d’expérience formatrice. Éducative. De prendre la tangente de l’épanouissement. Et du développement personnel.

Projection.

On se retrouve donc la semaine prochaine. Avec le montage d’une planification d’un projet. Dans le détail.

Publicités

(J49) Planifier une année d’école-maison 1

Ça y est.

On commence. Par le commencement. Avant de remplir du papier. Il faut se mettre en situation. Revenir en arrière. Se demander d’où on vient. Revoir les portraits de chaque membre de l’équipe. C’est essentiel. Car avant tout, il faut que tous pagayent dans le bon sens. Si on veut arriver à bon port.

Tout d’abord.

Laissez-moi vous dire que vous ne partez pas de zéro. Ne l’oubliez jamais. Vous avez une connaissance de vos enfants. En tant qu’enfants. Vous avez une connaissance de vous-mêmes. En tant que persones. En tant que parents. Vous avez un bagage de valeurs. Personnelles, familiales, sociales, écologiques. Name it. Vous avez aussi la tête pleine d’idées, de désirs, de motivations. Teintés par votre parcours. Votre vécu. Tout ça constituent les fondations de ce que vous vous apprêtez à construire. Ce qui constituera l’immuable. L’indélogeable. Un béton lié par votre plus grand atout. Votre amour pour vos enfants. C’est pas rien tout ça.

Maintenant.

Une fois que vous avez pris conscience de ce qui se trouve dans vos bagages, l’exploration commence. Chaque chose en son temps. Commençons par découvrir les participants. Il y a vous, en tant que parents. Qui avez un projet. Mais qui n’avez pas nécessairement en tête quel type d’accompagnant vous serez. C’est important qu’un projet d’école-maison respecte les désirs, les limites, les visions d’un parent. Car ce projet, il vous en demandera du temps. Et des efforts. Car il vous emmènera son lot de doutes. De craintes. De remises en question. De batailles aussi. Peut-être. Probablement. Et toutes ces données changeront. Au fil des ans. Des enfants. De la vie en mouvement. Rien ne sera acquis. C’est la vie. Alors prenez un temps pour pensez à vous. Ça peut faire toute la différence. Et garder les traces de tout ça. Ça vous sera utile quand vous aurez l’impression de perdre le Nord.

L’équipage.

Continuons notre progression vers le vif du sujet. Vous connaissez vos enfants. Vous avez peut-être suivi de près leurs parcours scolaires de près. Mais là, c’est différent. Vous serez le capitaine. Et afin que tout roule, il faut connaître ses enfants en tant qu’apprenants. 

Il y a d’abord les catégories d’apprenants dites sensorielles. Qui constituent une bonne base. Pour entamer l’observation. Se donner un point de départ. Ce n’est pas tout. Mais c’est un outil précieux. Une cartographie du voyage. Qui peut éviter bien des impasses. Bien des détours inutiles. Voici un aperçu. N’hésitez pas à pousser plus loin ce qui vous interpelle.

  • Les visuels: ils apprennent à travers l’observation et ont une grande capacité à visualiser. Ils apprécient les supports visuels, les graphiques, les photos.
  • Les auditifs: ils captent l’information par l’écoute. Peuvent sembler absents ou désintéressés mais demeurent attentifs tout de même.
  • Les tactiles: on en retrouve 2types. Ceux qui aiment manipuler, toucher. Et ceux qui ressentent le besoin d’encoder l’information par des graphiques, des notes, des dessins.
  • Les kinesthésiques: les kinesthésiques apprennent dans le mouvement. Sortez les ballons, les cordes à sauter et les trampolines!
  • Les séquentiels: ils aiment apprendre par étape, dans un ordre. Ils aimeront les plans, les lignes du temps.
  • Les simultanés: au contraire des séquentiels, ils préfèrent avoir une vue d’ensemble. Sortez les cartes du monde et autres représentations globales qui leurs permettront de faire des liens et de catégoriser selon leurs envies.
  • Les logiques: ils ont besoin d’analyser et de réfléchir avant de se lancer. Ce sont souvent des amateurs de maquettes, de modèles réduits et autres montages conceptuels.
  • Les verbaux: ceux-ci ont besoin d’interagir verbalement pour apprendre. Ils aiment la discussion, les débats pour assimiler les connaissances.
  • Les interactifs: ils aiment les travaux en équipe et être entourés.
  • Les solitaires: leur rendement est souvent meilleur dans un environnement calme. Ils ont besoin de limiter les éléments perturbateurs pour offrir leur plein rendement. Sortez les casques d’écoute ou faites leur un coin bien à eux.
  • Ceux qui préfèrent l’expérimentation indirecte: ils aiment en général l’enseignement classique, de type magistral. Ils préfèrent se servir de l’expérience des autres pour se construire leur propre bagage.
  • Ceux qui préfère l’expérimentation directe: ils ont besoin de sentir qu’ils sont partie prenante du processus d’apprentissage, de manipuler, d’interagir.
  • Les rythmiques-mélodiques: ils pensent en rythme ou selon des patrons, qu’ils soient proposés ou de leur cru. Ce sont souvent des amoureux de la musique. Ils aiment apprendre en marchant ou en frappant des rythmes réguliers.

Chaque enfant est donc un unique mélange de genre. Ils auront probablement une prédominance dans un type sensoriel. Mais ils ne seront jamais purement et simplement confinés à une seule et même catégorie. Parole de maman. Et l’effort d’observation en vaut la chandelle. Car plus l’enfant est stimulé efficacement plus l’apprentissage est enrichissant. Et plus l’expérience sera agréable. Pour tout le monde. Évidemment!

Planning, planner, notebook, page blanche, plan de scolarisation

Commencer l’aventure


Pause.

Vous pouvez prendre une pause. N’oubliez pas de respirer. Profondément. De vous donner du temps. Mais tout ce temps mis à observer vos enfants est important. Même si vous n’en êtes pas à vos débuts. Car avec le temps, tout le monde change. Grandit. Évolue.

Investissement. 

Le temps investit ici peut sembler perdu. Vain. Mais croyez-moi, tout ira tellement plus vite et efficacement après. Quand le temps sera venu de choisir une pédagogie. Ou d’en mélanger plusieurs. Quand vous aurez à déterminer un horaire et un calendrier. À choisir votre matériel. À établir une prévision de cadence. Et plus. Et plus. Et plus.

Ce n’est qu’un au revoir.

J’arrête ici pour le moment. Probablement que tout cela ne semble pas très excitant pour la plupart. Cependant, je crois fermement que de commencer par un temps d’observation est la clé d’un plan efficace et utile. Car le plan de scolarisation doit avant tout vous être utile. Vous ne devez pas le faire pour faire plaisir à une instance. Vous devez le faire pour vous. Pour vos enfants. Car à priori, ce projet, c’est vous qui le vivrez. C’est vous qui surmonterez les défis. Un après l’autre.

Je vous dis donc à la semaine prochaine. Avec un tout autre programme. Plus technique. Où il sera question de planification dans le temps. De lois. De pédagogies. Et autres facettes pratico-pratiques de l’école-maison. Au plaisir de vous y retrouver.

(J47) Esquisser son chemin d’école-maison (1)

Janvier.

Nous y voici déjà. La planification commence à se préparer. Pour la prochaine année. C’est tôt. Mais jamais trop. Mon expérience me rappelle que le plus tôt, le mieux. Et avec un bébé tout neuf qui s’annonce pour le printemps. Et un autre gros projet que l’on souhaite voir se concrétiser pour l’été. Pas de chance à prendre. C’est le temps des notes. De la recherche. Du creusage de coco.

Constat.

Commençons par le commencement. L’année n’est pas terminée. Loin de là. Mais les premiers élans donne une idée. Une idée de qui est notre enfant. De comment il apprend. De son rythme. De sa cadence. De ses besoins. De ses défis particuliers. De ce qui l’a animé. De ce qui l’a ennuyé. Bref, le portrait est déjà esquissé.

Le plan de scolarisation.

Dans notre projet d’école-maison, le plan de scolarisation est important. Très important. C’est un outil de communication. Avec le système scolaire. Et dans la famille. Car oui, chez nous c’est avant tout une histoire de famille. On le construit bien avant le début de notre parcours. Et on l’annote durant. Sans jamais rien effacer. C’est notre itinéraire. Il ne nous guide pas. Mais il nous permet d’évaluer comment les idées se conjuguent à la réalité. Sans se brimer. Sans se rusher.

Par étape.

Le plan de scolarisation est un travail imposant. De longue haleine. Sa construction exige de la recherche. De la réflexion. Des remises en questions. Des heures de lectures. Innombrables heures. Des calculs. Et des questionnements. Encore. Et ce même après 12 ans de métier. 

Des chiffres.

Il ne se définit pas par un nombre de pages. Pas nécessairement, en fait. Car, dans le fond, si je veux qu’il me serve, il faut qu’il soit assez complet. Et détaillé. Et clair. Chez nous, ca varie entre 30 et 75 pages. Selon le niveau. Selon l’enfant. Mais encore là. Ça c’est pour chez nous.

Sa qualité ne dépend pas non plus d’un nombre d’heures. Mais faire des recherches demande du temps. Et implique des questionnements. Des remises en question. De l’investissement personnel. Qui à leur tour vous renverrons à vos recherches. C’est un cercle vicieux. Un cycle sans fin. Auquel vous ne pourrez échapper. Car on le fait pour nos enfants avant tout. Et ce qui est bon pour les miens ne l’est pas nécessairement pour les vôtres. Essais et erreurs bienvenus. Mais ne vous inquiétez pas. C’est enrichissant. Et valorisant. Ici, j’y mets entre 50 et 100h. Selon le niveau. Selon l’enfant.

Et des lettres.

Un plan doit être éloquent. Tout d’abord pour vous. Puis, selon votre situation, pour ceux à qui vous le confierez. Les paroles s’envolent. Les écrits restent. Alors qu’il vous securisera dans votre aventure, il confortera les ressources externes sur  votre parcours. Votre vision. Votre détermination. Il doit refléter votre personnalité. Et celle de votre famille. Il sera votre représentant. Quand vous serez absents. Qu’on parlera de vous. Qu’on questionnera votre cheminement. Inévitablement. Mettez-y du cœur. Vous éviterez bien des soucis!

Son contenu.

Encore là, bien difficile de définir de façon rigide le contenu d’un plan de scolarisation. Essayez de penser à ce qui vous sauvera du temps au courant de l’année. Essayez d’imaginer ce qui pourrait vous sauver des tracas. Essayez de vous mettre à la place de ceux qui le consulteront. De quoi avez-vous besoin pour être en confiance dans votre rôle?  Pour vous donner une idée, voici la table des matières de mon plan. Ce n’est pas LE plan à suivre. Ce n’est pas non plus le meilleur. Ni l’infaillible. De toutes façons, ils n’existent pas ceux-là.

– une page de présentation

– une table des matières 

– les extraits de lois reliés à l’école-maison

– un court résumé descriptif du type de pédagogie employée  

– notre calendrier scolaire

– notre horaire hebdomadaire

– les descriptifs de chacune des matières incluant les ressources principales utilisées, 

   les objectifs d’apprentissage généraux et le contenu détaillé.

– un aperçu des activités connexes ayant un impact positifs sur le développement de l’enfant

   telles que sorties prévues, cours, interêt significatif de l’enfant pour un domaine en particulier, voyage

   Bref, tout ce qui permettrait à une personne de mieux connaître votre enfant.
Avant de se lancer.

Voici donc MA vision d’un plan de scolarisation. La formule qui me convient. Qui m’accompagne depuis belle lurette. Celle que j’ai apprivoisée aussi. Car il faut se le confier. C’est important de se donner du temps. Et des chances. D’apprendre à se connaître dans ce nouveau volet de la vie. Qu’on a choisi. Avec courage. Mais surtout beaucoup d’amour.

Alors, assurez-vous d’avoir papier et crayons en main. Préparez-vous un bon breuvage réconfortant. Et pourquoi pas une pointe de gâteau. Et lancez-vous avec nous. Si le cœur vous en dit. On commence lundi.

Prêts pour le plan de scolarisation 2017-2018


À suivre…

(J32) Méthodologie au préscolaire

Pourquoi?

La méthodologie fait partie de nos cursus préscolaire et primaire. Rendus au secondaire, je prends pour acquis que mon étudiant connaît les outils à sa disposition, sait les utiliser aussi. Je prends aussi pour acquis que, s’il a une interrogation ou un blocage à ce niveau, il a les ressources pour trouver ses réponses. En lui ou autour de lui. Et que ça ne signifie pas nécessairement demander à maman ou aller sur Wikipédia, de grâce!

La méthodologie est une avenue que nous avons choisie d’emprunter dans le but de donner à nos enfants-étudiants plus de confiance en eux et en leur capacité de trouver réponses à leurs questions. Un moyen que l’on met à leur disposition pour découvrir leur univers éducatif. Pour prendre conscience de l’étendue des possibilités qui s’offrent à eux. Est-ce indispensable? Probablement pas. Est-ce une richesse qui a sa place dans un curriculum scolaire. Selon moi, assurément.

Dessiner les cibles.

J’établis mon programme de méthodologie un peu à la façon d’une cible. Une série d’objectifs, principaux et secondaires, gravitant autour d’un ou plusieurs buts centraux préalablement déterminés. Il est impossible de tout voir. Il y a une partie qui sera acquise dans la vie de tous les jours. Une autre partie qui ne sera vue que dans le cadre du programme. Et une autre, majoritaire, qui chevauchera les 2 univers…C’est ça la vie!

Comme mon programme préscolaire est divisé en 4 périodes de 6 mois, je me contente de 3 buts à développer par période. Le premier but traite d’un thème, du vocabulaire relié et des outils qui lui sont associés. Mon 2e but est relié à l’établissement et à la réalisation de routine. Troisièmement, on travaille l’implication dans la cellule familiale. En gros, ça va comme suit.

Période 1: 3 à 3 1/2 ans.

Pour commencer j’ai envie de travailler le temps. Le temps qui passe. Le temps qui se perd. Le temps qu’on compte. Le temps consacré. Le temps visible. Le temps invisible. Le temps sous toutes ses coutures. Il faut bien se comprendre. Au préscolaire, mes attentes ne sont pas dans la réussite d’évaluations mais plutôt dans le maintien de la propension naturelle de l’enfant à apprendre. Je ne vise pas de performances particulières. Mais je tiens à présenter à mon enfant des outils. De cette façon, je crois que lorsque viendra le temps de les travailler plus en profondeur, il sera en terrain connu et pourra diriger son attention sur les tâches à accomplir, sans être distrait par la nouveauté.

Le vocabulaire présenté. Savoir l’utiliser et le décrire dans diverses situations. Savoir le reconnaître également dans certains cas. Voilà l’objectif. Pour nous, ce sera:

– seconde, minute et heure

– jour, semaine, mois, année (an)

– nuit, jour

– dimanche, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi

– janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre

– printemps, été, automne, hiver

– passé, présent, futur

– hier, aujourd’hui, demain

Les outils de découvertes. Découvrir leur fonctionnement. Savoir les utiliser. Déterminer les contextes d’utilisation.

– la poutre du temps

– la roue des saisons

– le calendrier

– l’horloge

– la ligne du temps

– l’horaire

– le tableau météo

Des pistes de réflexion prises ici: Prendre son temps et perdre son temps, Les goûters philo, Milan jeunesse

Routine: suite séquencielle à 3 étapes.

Tâches familiales: ranger ses jouets ou articles scolaires après utilisation, plier les lingettes et débarbouillettes, mettre ses vêtements sales au panier.

Période 2: 3 1/2 à 4 ans.

Je poursuis mon programme de méthodologie avec le thème de l’espace. Prendre conscience de la place qui nous revient, de celle qui appartient à l’autre. Les concepts d’intimité et de collectivité. L’espace en tant qu’environnement naturel ou construit. L’environnement en tant que facteur influençant le vivant et l’environnement influencé à son tour par l’activité humaine. L’espace comme prétexte à découvrir les méthodes d’orientation. Comme prétexte à travailler le potentiel de la description précise d’un lieu, d’une situation. L’espace pour présenter les différents moyens de représenter le monde aussi. Et de saisir la portée de l’imaginaire et de ses possibilités reliées à la création d’univers.

De la même façon que dans la période 1, du vocabulaire à reconnaître, à utiliser et à expliquer. Il n’est toujours pas nécessaire d’en faire la lecture et l’écriture, bien entendu. Cette fois-ci ce sera:

– chambre, salle de bain, cuisine, salon

– maison, rue, quartier, ville, pays, planète

– nord, sud, est, ouest

– en haut, en bas, à gauche, à droite, dessus, dessous, à côté

– ici, là, près, loin

Les outils de découvertes. Découvrir leur fonctionnement. Savoir les utiliser. Déterminer les contextes d’utilisation. Identique à la période précédente, mais avec de nouveaux objectifs.

– plan

– carte (réelle ou fictive)

– globe terrestre

– atlas

– boussole

– cartes flash

Des pistes de réflexion prises ici: Moi et les autres, Les goûters philo, Milan jeunesse

Des activités d’apprentissage pigées entre autres ici

Routine: suite séquencielle à 4 étapes.

Tâches familiales: mettre la table, nourrir les chats, nettoyer la table.

Période 3: 4 à 4 1/2 ans.

4 ans. C’est le temps où on augmente un peu la cadence. Bien sûr, tout cela reste souple et adaptable à l’enfant, à ses besoins et à ses désirs. Dans notre cas, on a un petit vite. Il mange vite, apprend vite et veut vite passer à ce qui suit. Je ne m’attends donc pas à ce que ce soit comme avec mon plus vieux qui peut passer des dizaines d’heures par semaine à lire. Hélios est heureux dans le mouvement. Alors je tâche de lui monter un programme où il pourra acquérir son apprentissage de façon rapide et où il pourra se consacrer à une autre passion plus physique. En ce moment, c’est le skateboard. Mon coeur de mère voudrait bien que ce soit moins spectaculaire mais bon…c’est sa vie.

Le thème choisi pour introduire cette démarche d’apprentissage plus structurée est le corps. Son petit corps à lui. Sa constitution, son fonctionnement, les interrelations. Les 5 sens. L’alimentation. Les mesures d’hygiène pour se garder en forme. Les mesures de sécurité à respecter. Les concepts de santé et de maladie. La croissance.

Du vocabulaire à reconnaître, à utiliser et à expliquer. Certains mots font partie d’objectif de lecture, je les ai soulignés.

– partie du corps: tête, cheveux, main, pied, jambe, bras, etc.

– les sens (noms): bouche, nez, yeux, oreille, peau, dent, langue

– l’alimentation: fruit, légume, céréale, viande, eau, lait, noix, oeuf, etc.

– les sens (actions): voir, goûter, sentir, toucher, entendre

– l’hygiène: savon, brosse, bain, douche, sport, dodo

Des pistes de réflexion ici: Le corps et l’esprit, les goûters philo, Milan jeunesse

Réaliser des exercices à consignes simples (1 verbe).

Tâches familiales: participer au lavage de la vaisselle, suspendre les vêtements pour sécher (séchoir), arroser les plantes.

Période 4: 4 1/2 à 5 ans.

Déjà la dernière étape du préscolaire chez nous. Le thème est choisi avec la conscience que la scolarisation commence sous peu. La rigueur d’intensifie. La précision prend de l’importance. Nous travaillerons donc les mesures. Mesure de temps, de distance, de longueur, de poids, de grandeur, de volume. Nous intégrons l’estimation. La comparaison aussi.

Du vocabulaire à reconnaître, à utiliser et à expliquer. Certains mots font partie d’objectif de lecture, je les ai soulignés.

– long, court, seconde, minute, heure, jour, nuit, semaine, mois, année (an)

– centimètre, mètre, kilomètre, loin, proche, près

– gramme, kilo, lourd, léger

– grand, petit

– litre

– plus, moins, égal

Les outils de découvertes. Découvrir leur fonctionnement. Savoir les utiliser. Déterminer les contextes d’utilisation. Découvrir la pertinence de la précision.

– horloge, cadran, calendrier, poutre du temps, ligne du temps

– règle, ruban à mesurer

– balance

– tasse à mesurer

– réglettes

Des pistes de réflexion ici: Les petits et les grands, les goûters philo, Milan jeunesse

Réaliser des recettes de cuisine simples.

Tâches familiales: trier les vêtements à laver, préparer des collations simples, peler les carottes et pommes de terre

Prendre la route

Prendre la route

(J22) Mathématiques

Affaires de chiffres?

Les mathématiques sont une passion pour mon fils. Il aime ça, tout simplement. Il en fait beaucoup, ce qui lui permet de voir les notions de plusieurs façons différentes et d’exercer son cerveau à s’adapter. Nos programmes viennent de deux sources: une française, une anglaise.

Maths à l’anglaise.

Ce programme est offert gratuitement par le Center for Innovation in Mathematics Teaching. Il couvre le primaire et le secondaire en plus d’offrir différents niveaux pour chaque année. Vous pouvez opter pour la version traditionnelle ou virtuelle. De tout pour tous les goûts quoi!

Année 9
– Arithmétique élémentaire
– Opérations fondamentales
– Équations linéaires et vectorielles
– Fractions et pourcentage
– Graphiques linéaires et équations
– Probabilités
– Transformations
– Diagrammes statistiques
– Aires, périmètres et volumes
– Suites
– Manipulations algébriques
– Constructions et lieux géométriques
– Graphiques, équations et inégalités
– Estimation et approximation
– Trigonométrie
– Fréquence cumulative
– Fonctions quadratiques
– Échantillonnage

Maths à la française

Nous avons, durant quelques années, au primaire, fait l’école à distance avec le CNED. Avec devoirs envoyés, corrigés et notés. La grosse affaire officielle. Grosse affaire oui, mais pas si bonne en fait car fiston a vite désenchanté. Cependant, il a toujours adoré leur programme de mathématiques alors nous poursuivons avec eux pour notre volet 2.

4e Collège
– Calcul numérique
– Triangles milieux et parallèles
– Puissances
– La propriété de Pythagore et sa réciproque
– Développement
– Bissectrice, cercle inscrit
– Cosinus, cercle circonscrit
– Espace
– Ordre
– Proportionnalité
– Grandeurs et mesures
– Gestion de données

Copié-collé

1976901_10152398494616062_7376100365714553464_n

Arts et mathématiques, lier travail et plaisir!

Le CNED est assez exigeant en ce qui a trait à la théorie. Le programme comprend beaucoup d’activités de « copie », des longues sections à copier. Mon fils n’aime pas vraiment mais il a compris, avec le temps, que cela lui permet de fixer certaines notions. Étant assez lent de nature, il passe des heures et des heures, par semaine, à faire des mathématiques. Mais bon, il ne s’en plaint plus.

Toujours +.

Mais ce n’est pas tout. Ici, en plus de l’horaire de classe, fiston a des devoirs à faire de façon autonome. Ils lui permettent tantôt de reviser, tantôt de valider ses acquis, tantôt de relever des défis.

2 fois par semaine, il va faire un tour sur Khan académie ; 1 période de géométrie et 1 période d’arithmétique. Comme nous avons complété le premier niveau d’arithmétique cette année, on passe au 2e l’an prochain. J’adore la Khan car, en plus de fournir des vidéos explicatifs en cas de besoin, elle me permet, en tant que parent-éducateur de suivre les progrès de mon élève à la trace (et de les inclures dans le portfolio!). L’environnement est simple et ergonomique, aucune distraction inutile qui nuirait à l’efficacité et à l’autonomie.

2 fois par semaine aussi, il fait une situation-problème de la liste hebdomadaire des maths grand-père que je pige sur le Kangourou des maths. Le but de l’exercice est de lui faire appliquer ses connaissances dans différents contextes et de perfectionner sa présentation de démarche. Parfois très faciles et parfois un peu tordus, ces problèmes sont pour moi de petits bijoux de défi.

(J21) Les humanités

 

Voir loin.

La planification de l’année scolaire 2015-2016 est déjà entamée. Je ne veux pas revivre la détresse de l’an dernier où j’ai eu à conjuguer délais serrés, contrats de dernière minute et 3 enfants. Cette année, je m’y prends d’avance, longtemps d’avance…et espère avoir la tête tranquille l’été prochain. Je rêve sans doute, mais au moins le plus gros sera fait.

Commencer par le commencement.

Je commence toujours par planifier un sujet qui est relativement facile à travailler pour moi; un ensemble de matières qui seront toutes regroupées par l’école sous l’étiquette controversée d’Éthique et culture religieuse.

Beaucoup rejettent ces sujets. Moi, je les trouve importants. Ils sont bâtisseurs de l’individu en construction qu’est mon enfant-étudiant. Ils sont des outils dans le développement de son jugement, de sa capacité d’analyse, de sa capacité à questionner. Et, parce que la formation d’éthique et de culture religieuse est aussi fondamentale à mes yeux, je la divise de cette façon:

– Bible et grandes religions

– Grec ancien

– Philosophie

Comment ça marche

Techniquement, nous accordons 1 période de 45 minutes par semaine à chacun des sujets, et ce pour les 40 semaines d’école au calendrier. C’est la planification de base…mais mon fils préfère souvent les faire en rafale durant une période de vacances.

Pour ce qui  est de l’approche, je me base généralement sur un grand thème. Bien sûr, il s’applique surtout à l’étude des religions et à la philosophie.

Sous la loupe: Bible et grandes religions

On étudie/découvre l’ancien testament pour la troisième année. Comme nous ne sommes pas croyants, nous l’abordons un peu à la façon d’un cours de mythologie. On fait des comparaisons avec les faits relatés de l’histoire, on compare sur les plans géographiques, historiques, politiques et sociaux. C’est enrichissant et ça permet de mieux connaître les bases de certains faits d’actualité.

Au programme: Christianisme et religion hébraïque:
Les livres:
Les Rois (1)
Salomon demande la sagesse
Salomon construit le temple
Salomon dédit le temple
L’avertissement du prophète à Jeroboam
Élie est nourri par les corbeaux
Élie sur le Mont Carmel
La fuite d’Élie
Achab vole une vigne
Achab meurt au combat

Les Rois (2)
Débora mène Israël
Gédéon demande un signe à Dieu
Jephté vainc contre les Midianites
Jephté vainc contre les Ammonites
La naissance exceptionnelle de Samson
Le mariage de Samson
La revanche de Samson
Samson et Dalila

Chroniques (1)
Ruth part avec Noémi
Ruth rencontre Boaz
Le mariage de Boaz et Ruth

Chroniques (2)
L’appel de Dieu à Samuel
L’Arche capturée
Le retour de l’Arche
Saül désobéit
David tue Goliath
La jalousie de Saül envers David
David et Jonathan
David épargne la vie  de Saül
Abigaïl affronte David
Saül meurt au combat

Ezra
Le retour des Juifs exilés
La reconstruction du temple
Esdras retourne à Jérusalem
Esdras confesse le péché de Judah
La confession des disciples de Judah

Néhémie
La reconstruction des murs
Néhémie vient en aide aux pauvres
L’opposition à la reconstruction
Esdras lit la loi de Dieu
Les Israélites confessent leurs péchés
La visite de Néhémie après son absence.

Projet intégratif (Bible et grandes religions/philosophie/histoire): Guerres et religions: interprétations, quêtes de pouvoir et actes de violence au nom de Dieu. Nous verrons comment la richesse et le pouvoir ont façonné certains pans de l’histoire religieuse, sociale et culturelle.

L’apprentissage prend diverses formes d’études dont la lecture des textes, le mise en contexte historique par des comparatifs sur la ligne du temps, la construction d’un arbre généalogique, la cartographie, la comparaison avec des textes religieux officiels d’autres religions, etc.

Sous la loupe: grec koine

Cette année, je souhaite me concentrer sur la revision et l’approfondissement. Ce sera le moment de refaire le tour des notions des niveaux 1 et 2 en appliquant les connaissances dans des lectures de textes religieux et philosophiques.

Éléments de revision:
– alphabet
– prononciation
– noms: première et deuxième déclinaisons
– adjectifs
– verbes
– prépositions
– phrases
– génitif
– nominatif
– datif
– accusatif
– objet direct
– articles définis
– négation
– pronoms personnels
– conjonctions
– temps de verbes: présent, imparfait

Sous la loupe: mythologie

Après avoir approfondi la mythologie grecque l’an dernier, nous nous lançons, à la demande de fiston, dans le monde de l’Afrique mythique. Au programme:

La mythologie berbère
– Croyances concernant la mort: tombes, pratiques funéraires et culte des morts
– Culte du sacrifice
– Culture mégalithique
– Cultes du Soleil et de la Lune
– Croyances partagées: avec les égyptiens, avec les Phéniciens, avec les Grecs (avant et après la bataille d’Irassa), avec les Romains (avant la romanisation, influence romaine)

Le mythes Dogons
– Histoire
– Religion: animisme dogon, cosmogonie dogon, la légende de Sirius
– Culture
– société et rites religieux: toguna, rite funéraire, cérémonie du Sigui, société des masques, Hogon, castes et organisation de la société
– architecture
– musique
– danses
– la table du renard

La mythologie Égyptienne
– Mythes: de la Création, osirien, de la mort (voyage vers l’au-delà, embaumement et jugement de l’âme), du cycle du jour
– La religion égyptienne: les concepts, les officiants, les temples et les pratiques religieuses
– Les divinités égyptiennes:
– terminologie: déclinaisons, étymologie et signes hiéroglyphiques
– historique: préhistoire, période thinite, ancien/moyen/nouvel empire, déclin, dominations perses, époques ptolémaïque et romaine
– Iconographie: diversités des représentations, zoomorphisme, anthropomorphisme, forme composite, attributs
– Panthéon: dieux locaux, triades, ennéades, divinités stellaires, humains déifiés, divinités populaires, divinités importées, Aton
– Nature: noms propres (divinités principales et secondaires), composantes de la personnalité, trilocalisation divine
– Fonctions: création de l’univers
– Temple: microcosme, statues et rites cultuels, offrande de la Maât, envoûtements
– Communication: cauchemars, songes royaux, oracles, invocations, pratiques magiques
– Les temples: histoire, fonctions, architecture, liste des principaux temples égyptiens
La mythologie kabyle
– Personnages mythologiques: ogres et ogresses, Anzar, Tseryel

La mythologie malgache

La mythologie touareg

Sous la loupe: philosophie

10 thèmes dnas lesquels l’étudiant se plonge pour une durée de 4 semaines. Des modules tantôt purement théoriques, tantôt introspectifs, tantôt plus littéraires.

– Être étudiant.

– Être une personne.

– Droits, discriminations et identités.

– L’égalité, une valeur en construction.

– Les libertés.

– Le droit. La justice. Les justices mineures.

– Sécurité et risques majeurs.

– La sûreté: un droit de l’homme.

– Opinion publique et médias.

– La Charte canadienne des droits et libertés.

Une partie de nos ressources de base.

Une partie de nos ressources de base.

Mes ressources coups de coeurs

Grec koine: Elementary Greek : un combo CD/cahier d’activités/guide d’enseignement. Je l’adore. Simple, des leçons courtes aussi, ce qui permet de faire des activités autour (flash cards, jeux de mémoire, etc) sans surcharger l’horaire. Ça a été une partie de notre planche de salut pour mon fils qui ne voyait aucune logique dans la grammaire et l’orthographe français. Si vous avez des petits étudiants qui ont besoin de savoir le pourquoi du comment et qui ont des difficultés en français, je vous suggère d’intégrer de façon régulière l’étymologie dans votre cursus. Chez nous ça a fait des merveilles!

Adventure Bible ou la La bible de l’aventure : Une bible comprenant l’ancien et le nouveau testament, faites pour les enfants avec un niveau de langue facile à comprendre. Des images, des pistes de réflexion, des liens historiques aussi. Bien que nous ne sommes pas croyants, nous l’aimons bien. C’est comme un livre d’histoires. Si vos enfants sont à l’aise en anglais, allez-y pour la version anglaise car le prix est vraiment inférieur (16.99$).

Des auteurs: Victor Hugo pour sa description de l’humain et de sa condition, Gandhi pour sa vision du combat non-violent

Des trouvailles: comme nous habitons dans le Vieux-Québec, je passe l’été à farfouiller les ventes des bouquineries. J’adore les livres des vieux cours classiques, principalement pour l’histoire du monde et des religions. On y pige ici et là des extraits, on compare avec des textes contemporains, on enrichit le contenu de base aussi. On se les procure souvent pour 1 ou 2 $ alors on n’est jamais perdants.

Académie en ligne du CNED: dans ce cas-ci, je pige des idées, exercices, contenus dans les cours d’histoire/Géographie, section EC (éducation à la citoyenneté). Ce sont des séquences de travail très denses, que l’on complète, au besoin, d’autres ressources.

Mythologica: un portail de mythologie qui nous sert de base de recherche. Par la suite, mon fils part dans un peu toutes les directions, mais il sait qu’il a un point de départ dans ce site.

(J3) Apprendre c’est pas sorcier

« Une fortune est plus à l’abri dans

une tête que dans un sac. »

Félix Leclerc

Non mais qu’est-ce qui m’a pris?!

Enseigner à ses enfants. Quelle idée! J’entends en écho dans ma tête tous les doutes, questionnements et, oui, il faut se l’avouer, tous les jugements que ce choix m’a valu au fil du temps, au fil des 8 dernières années en fait. Je ne saurais dire avec exactitude quels sentiments réels se cachent derrière toutes ces interventions car je suis trop impliquée personnellement pour comprendre les réactions qui viennent de l’extérieur maintenant. De tous les sujets dont nous pourrions discuter c’est assurément un des plus difficiles pour moi, et pour être honnête, c’est un sujet que je tente de plus en plus d’éviter. Pourquoi? Parce que ce projet, si je m’y investi autant, me tient à coeur. Parce que malgré tous les efforts que je pourrais déployer pour vous convaincre que mes enfants ne sont pas sous le joug d’une marâtre possessive, vos perceptions vous appartiennent. Parce que, en fin de compte, ça ne regarde que moi, mon chum et mes enfants, hein!

L’origine.

Bien sûr tout commence quelque part. Alors, voici d’où elle est venue cette idée folle. J’avais 24 ans, mon fils 4. J’habitais dans un petit village du Centre-du-Québec, pas de voiture, des projets et des rêves plein la tête. Je voulais voyager, beaucoup voyager. J’ai donc testé. En faisant la maternelle (non obligatoire) et en voyageant. Cette année-là, nous sommes allés en Belgique, au Pays Bas et à New York. Cette année-là, mon fils a appris à lire, à manipuler les nombres, à écrire. Et j’ai compris alors que le cerveau de l’enfant sait très bien où il s’en va. J’ai goûté au bonheur d’être l’accompagnatrice de ce petit être en développement accéléré. Et je n’ai pas eu envie de déléguer ce bonheur à quelqu’un d’autre. Disons-le, à un étranger.

À l’époque, je n’avais donc ni voiture, ni internet, ni ordinateur. On travaillait avec des livres, des crayons et du papier. On utilisait le contenu du frigo, du bac à jouets. On sortait. On exploitait notre environnement. Alors, si aujourd’hui, avec tous les médias et les ressources dont je dispose, vous me demandez si je me sens suffisamment outillée pour enseigner à mes enfants, je vous répondrai qu’ils ont tout ce dont ils ont besoin et même plus pour parfaire LEUR éducation.

La piqûre.

Ne vous leurrez pas. La route n’est pas toujours facile ou linéaire. Elle est parsemée de détours, d’hésitations, de remises en question, … et de rencontres. Avec le temps, le plaisir l’emporte, bien sûr, sinon on aurait mis fin au projet. Le plaisir s’est tranformé en passion (certains diraient en obsession). À mon tour, je me suis plongée dans la découverte des philosophies éducatives, dans la recherche de matériel , dans la compréhension du processus d’apprentissage et de la loi. L’internet m’a permis de faire le tour du monde pour apprendre et pour transmettre à mon tour. Puis le temps aidant, les victoires aussi, la confiance a grandi.

Portrait.

Notre éducation en est une principalement inspirée du curriculum classique. Rigoureux, quelque peu austère aussi. Elle a tour à tour été tinté de Charlotte Mason, Montessori, Waldorf et autres grands mouvements. Je vous dirai donc ici un premier secret: ce que je retire de tous ces essais; ils ont été essentiels au développement de mon enfant. Il en a retiré une plus grande connaissance de lui-même, a appris à trouver sa voie en tant qu’apprenant et en tant qu’individu. Et ça c’est là le plus bel héritage qu’il pouvait en retirer.

L’avenir.

Notre grand est désormais au secondaire. Le 2e demande à commencer depuis plusieurs mois déjà, il a 2 ans. On retarde. On fait avec lui des activités en tentant de lui faire oublier le mot école. Pourquoi? Car pour nous il est primordial que l’action d’apprendre dépasse le cadre académique ou scolaire. Nous tenons à ce que l’apprentissage soit partie prenante de la vie dans sa globalité. Mais dans ma tête et sur papier, bien des projets sont en route.

Mon cadeau!

À chaun sa façon de fonctionner. Il y a toujours eu et il y aura toujours autant d’école-maison différentes que de familles qui la vivent. La clé pour moi est dans l’organisation. Une organisation rigoureuse qui me prend des dizaines voire des centaines d’heures chaque printemps mais qui me permet d’avoir l’esprit libre le reste de l’année. J’ai mis des années à construire et à parfaire mon plan de scolarisation. Depuis 2 ans, je n’y touche plus. Il me convient et répond à nos besoins. Pour le moment. Je vous laisse donc ici 2 documents soit, un plan de scolarisation vierge et un extrait détaillé de mon plan de cette année-ci. Ce deuxième document présente 2 matières: une dont la planification provient de la répartition des activités d’un livre officiel et une autre dont le programme est contruit maison. Libre à vous de vous y intéresser mais bon, en cas de besoin, faites comme chez vous!

Plan de scolarisation

Plan_extrait détaillé

Avant de vous quitter. Notre jour 3 de l’Avent 2014 sera aussi sur le thème de l’apprentissage. Aujourd’hui on démarre notre première production de champignons familiale! De l’agriculture urbaine, hivernale et intérieure! Ça, ça m’interpelle! Je vous donnerai des nouvelles de notre « élevage » durant les prochaines semaines.

bees_j3_net

Avent 2014, jour 3