Et si le temps prenait son temps

Comment dire.

Il neige. Il fait de plus en plus froid. Le gris s’affadit. Le blanc s’enorgueillit. La nature reprend du poil de la bête. C’est l’annonce du combat. Entre le jour et la nuit. Entre la fête et la retraite. Ce temps où tout déboule. Où la vie se chamboule. Où il faut prendre racine. Pour ne pas perdre pied. Sur un sol gelé.

Il y a.

Il y a Noël. Mais avant. Les fins de session. La frénésie du magasinage. Les vacances imminentes. Les 5 à 7. Les lundis au vendredis. Les emplettes. Les virus par ici. La pression par là. Et tralala.

C’est de valeur.

D’un côté ça coûte cher. Pas juste en valeur. Mais aussi en énergie. L’économie des ressources. Ça commence à la source. Charité bien ordonnée. Il ne faut pas l’oublier. C’est humain d’aimer. Mais c’est une nécessité de se prioriser. Facile à dire. Je le sais.

L’industrie du mini.

Minimalisme. Hygge. Zéro déchet. Ils sont en bonne compagnie. Ce sont tous des beaux concepts. Jusqu’à ce qu’il nous fasse perdre la tête. C’est beau le fait main. Le cozy. Le recyclé. Le récupérer. Mais il faut savoir additionner. À trop en donner on se retrouve dans le rouge. Bien avant le compte de Visa. L’équilibre c’est un peu de ci. Et un peu de ça.

Tirer le bon numéro.

On a choisi. Il y a quelques années. De se réserver. Entre nous. Papa, maman et petits. Une date. Un moment. Chez nous, c’est Yule. Le solstice. Là où la lumière renaît. Là où on voit le chemin reprendre. Le bout du tunnel qui s’annonce. Les possibilités qui germent. Chez nous, c’est le 21. Un temps d’arrêt. Avant les partys de famille. Avant que ça fourmille. Une bouffée d’air. Frais comme le dehors.

Signifier.

C’est le jour signifiant. Celui qui a du sens. Chez nous. Pour nous. Celui qu’on a décidé de désirer. De marquer d’un X. Un trésor à chasser. Un peu à la fois. Celui dont on a tracé le parcours. Avec coeur. Avec amour. Pour eux. Pour être avec eux. Parce que c’est trop facile d’oublier. De passer tout droit. De se laisser entraîner. On voulait du signifiant. On y met du temps.

Avant.

J’aime les rituels. Ces petites routines. Rythmées. Sensées. Magiques. J’aime le fait qu’elles s’imprègnent. Doucement. J’aime leurs incrustations. À coups d’odeurs. De saveurs. De douceurs. Et c’est ce qui nous inspire. Pour créés notre avant. L’Avent qui prend par la main. Qui nous entraîne sur son chemin. Teinté d’hier. Annonciateur de demain. Avec ses surprises.

Cadeau.

Avent2017

Calendrier de l’Avent 2017 à colorier

Cette année. si le coeur vous en dit. On vous invite dans notre bateau. Ou notre traîneau. À vous de choisir. Peu importe. On vous donne notre calendrier de l’Avent à colorier. 1 coloriage par jour. du 1 au 21. Mais pas seulement ça. Il y aura des recueils d’activités qui suivront. 3 cycles. 3 étapes. Que nous aimerions partager avec vous. Parce que le village est tellement beau. Parce qu’on aimerait partager. Et que vous nous montriez un peu. Juste un peu. De ce que en ferez. Quotidiennement. Hebdomadairement. De façon continue. Ou totalement décousue. On s’en fout. On vous veut juste avec nous. Pour finir l’année. Et pour se préparer à recommencer.

C’est ici. Format standard ou régulier. À imprimer. À votre goût. Faites-nous signe si vous vous lancez.

Crayons à colorier

À vos crayons

 

Publicités

(J28) De fil et d’aiguilles

T pour tout le monde.

Chez nous tout le monde tricote. Ce n’est pas une affaire de filles. C’est une affaire d’autonomie, de créativité et de patience. Tricoter fait partie de ces aptitudes à acquérir, très tôt. C’est même inscrit au programme scolaire de façon officielle, du primaire à la fin du secondaire.

Chez nous tout le monde veut tricoter. Ce n’est quand même pas une torture. C’est un moment partagé, en famille, où l’on profite tantôt du silence apaisant, tantôt d’une conversation imprévue et enrichissante. Chez nous, on est tricoté serré!

R pour respect de l’effort.

Apprendre à tricoter permet de constater la valeur de l’effort soutenu, de façon concrète. Cela nous permet de prendre conscience de la valeur du temps et de l’intention, au-delà de la simple échelle monétaire d’un bien ou d’un vêtement. C’est à l’image de ce que représente la vie. Maille par maille le tricot se construit sous nos yeux. À la façon de nos vies qui se forgent, action par action.

I pour imagination.

Le tricot est d’une grande souplesse. Ses seules limites sont celles de l’imagination. Personnellement, c’est mon médium artistique de prédilection. Cette technique m’offre l’équilibre dont j’ai besoin entre l’expression, la créativité et les défis reliés aux contraintes techniques. J’ai autant de plaisir à faire des chaussettes qu’une oeuvre. J’ai autant de plaisir à développer des patrons qu’à en tester. J’ai autant de plaisir à enseigner qu’à créer. Car ce n’est jamais pareil. Parfois les différences sont subtiles, mais elles sont toujours là.

C pour capital d’attention et canalisation de l’énergie.

Tricoter demande de la concentration et un bon sens de l’observation. C’est un exercice de travail manuel qui est peut s’intégrer facilement au quotidien pour aider un enfant (ou un grand) à développer des qualités qui lui serviront dans la vie, au travail ou encore à l’école. Suivre un patron, compter des mailles, les maintenir et apprendre à en reconnaître les caractéristiques. Respecter des directives et des contraintes, établir un plan de travail, évaluer des situations, émettre des hypothèses et des pistes de solutions.

Le tricot, en étant à la fois méditatif et constructif, permet d’arriver rapidement et sans heurts à une fierté face aux accomplissements. Le temps file et le résultat se construit, simultanément. Le tricot pour les TDA/H, c’est merveilleux. Pour ceux qui manquent de confiance en eux, c’est salutaire!

O pour originalité

Tricoter permet de créer des objets, des vêtements ou autres, à son image. Avec un minimum de connaissances, la liste des expérimentations possibles est grande: couleurs, textures, formes sont toutes des outils qui permettent de laisser libre cours à l’imagination et à l’expression de sa personnalité. Et la libre expression de sa personnalité est un grand pas dans la construction d’un meilleur estime de soi.

T pour tuer le temps.

Dans la même veine que la lecture, le tricot est un passe-temps abordable, accessible, constructif et évolutif. Le tricot demande de l’investissement certes mais, en retour c’est un excellent moyen de décrocher, de fixer l’esprit sur un nouvel élément. Le tricot pour décrocher de la routine quotidienne et de ses tourments.

E pour équilibre mental.

Personnellement, mon travail implique que je passe plusieurs heures par jours devant l’ordinateur et la télévision. Le tricot est un des facteurs qui me permet de rééquilibrer mes activités en me donnant un exutoire non technologique. La lenteur du geste, comparativement au bombardement d’images que j’impose quotidiennement à mes yeux et mon cerveau, est comme une bouffée d’air pur. Une halte qui me permet de me retrouver avec moi-même et, par conséquent, de regénérer mon niveau d’énergie intellectuel…et émotif.

R pour relaxer et rester en santé.

De plus en plus d’études démontrent le lien entre la réduction du stress et une meilleure santé. Or, le tricot, comme tout ce qui implique de la répétition (mantra, activités physiques, etc) est maintenant reconnu comme ayant un effet sur la santé cardiaque, les troubles reliés aux tensions musculaires ou encore à la pression sanguine. C’est ce que l’on nomme The Relaxation Response.

Cadeaux

Je considère que d’apprendre à quelqu’un à tricoter est un merveilleux cadeau. Je considère la transmission de l’héritage culturel comme primordial dans ma famille et le tricot y a une place de choix.

La Saint-Valentin arrive. Comme j’ai travaillé à la création d’un petit quelque chose sur cette thématique, je vous invite à faire de même. Voici 2 chartes, une monochrome texturée et une bicolore. Des petits projets géniaux pour les enfants! Ne vous gênez pas pour les intégrer à d’autres projets non plus.

Saint-Valentin monochrome

Saint-Valentin monochrome

Screen Shot 2015-02-05 at 11.19.48 AM

Saint-Valentin bicolore

 

(J13) Petit train ira… où il veut bien!

 

Le silence est d’or.

On n’est pas si riche. On travaille fort et beaucoup dans un domaine qui nous passionne et qui nous fait vibrer. Mais ce n’est pas le milieu le plus facile. Et, comme on a un rêve qui implique des sous, beaucoup de sous, on a pris le taureau par les cornes pour mettre toutes les chances de notre côté. Première étape, se discipliner pour faire des économies. Lentement, mais sûrement. Tout en  douceur, sans rien brusquer.

Plus pour moins.

On vit bien. Nos assiettes sont bien remplies. On a de bons vêtements chauds, des chaussures confortables. On peut même se permettre des choix plus éthiques et équitables de temps à autres. Cependant, comme bien des artistes, on a toujours mille et un projets. Nous sommes toujours prêts à essayer telle ou telle chose. Bref, on est pas du genre à s’ennuyer. Alors, on a décidé de discipliner un peu nos élans et de se forcer à économiser. Pour le moment, on consacre nos économies à la disparition de nos dettes (études, crédit, etc.). Pour y parvenir, on a établi une stratégie en deux volets.

Le temps c’est d’l’argent.

Eh oui! Le temps passe vite. L’argent aussi. Alors, on a décidé de marquer le temps qui passe cette année en attribuant un montant d’économie pour chaque semaine de l’année. On commence avec 0,50$ et on augmente le montant hebdomadaire d’un autre 0,50$ chaque semaine. Mine de rien, à la fin de l’année nous devrions avoir amassé quelques centaines de dollars sans vraiment faire d’efforts.

Le prix de l’effort.

Dans un deuxième temps, nous avons décidé de rémunérer nos efforts quotidiens, ces petits riens qu’on l’on instaure dans notre routine quotidienne mais qui demandent tout de même leur lot d’efforts, de motivation et de discipline. Ainsi, pour certaines actions, nous avons établi des montants, qui s’accumulent régulièrement dans le pot. Comme ces actions nous font faire des économies en général, ce n’est pas un fardeau financier que de mettre quelques sous dans le pot. Ça va des couches lavées au pain maison en passant par un pourcentage de nos revenus de travail. Vous trouverez nos fiches d’économies dans le document ci-dessous. Libre à vous de l’adopter ou de vous en inspirer si le coeur vous en dit.

bees_economies_2015

bees_j13_net

Objectif: économies 2015

 

(J7) Le temps d’aimer

Chez nous.

Notre métier nous sollicite énormément une grande partie de l’année. Durant la période des Fêtes, cependant, c’est assez tranquille. C’est le moment où l’on reprend contact et où on reprend notre souffle.

Même avec toutes les meilleures intentions du monde, on a tendance à se laisser embarquer dans un tourbillon effréné. Trop souvent, on oublie l’importance de l’instant présent. Et c’est à ce moment-ci, alors que la tempête s’estompe, que l’on réalise ce qui nous est passé sous le nez.

Alors l’Avent nous permet de nous retrouver. De constater le chemin parcouru aussi.

Je profite donc de ce dimanche pour vous donner quelques-unes de nos activités familiales de l’Avent en rafale.

Évidemment.

– Lire des contes de Noël bien emmitoufflés dans une chaude couverture.

– Faire découvrir des classiques du cinéma à nos enfants.

– Construire une maison de pain d’épices. (Ma recette).

– Fabriquer et écrire des cartes pour la famille et les amis. Et prendre une grande marche pour aller les porter à la poste.

– Choisir et décorer un sapin. Ou réinventer la tradition en créant son propre arbre de Noël. Pourquoi pas!

– Aller livrer des cadeaux surprise chez des personnes qui ont marquées notre année positivement (des biscuits, du pain, des grignottines, un tricot, etc.).

– Etc.

Mais aussi.

– Fabriquer des chandelliers ou des bougeoirs décoratifs avec des matériaux recyclés.

– S’écrire une lettre à nous-mêmes, à ouvrir l’an prochain, à pareille date.

– Imaginer un itinéraire au Père Noël, à partir d’une carte du ciel. Découvrir les constellations sur sa route.

– Un bain qui brille dans le noir ou qui se transforme en atelier de lutin artiste.

– Faire des petits casse-croûtes pour nos amis volants qui ont le courage de passer l’hiver au Québec. ( De cette façon).

– Créer une décoration pour le sapin, en famille. En indiquant l’année, cette tradition peut rapidement devenir un album souvenir au bout de quelques années.

– Célébrer le solstice d’hiver avec un brunch débordant de fraîcheur.

– Etc.

Un cadeau.

Voici des images à colorier pour vos enfants. Elles pourraient servir à faire de belles cartes de Noël, je pense.

Et, pour vous remercier, nous vous invitons à venir poster vos réalisations sur notre page Facebook (The Bees Journey) à partir du 10 décembre prochain. Nous ferons tirer au sort, parmi toutes les photos reçues, un album de coloriage, au choix). Les albums seront disponibles à prrtir de janvier prochain.

Ne nous cherchez pas tout de suite sur Facebook, nous sommes en construction!

Bees_Noel_2014_freeby